Définition collective du livrable

Définition collective du livrable du design de service

Carnet de recherches n°1

Je rédige actuellement un mémoire sur « Les enjeux du livrable dans la valorisation et l’appropriation du projet : vers une narration transmédia des démarches de design de service public ». Avant d’aller plus loin, je cherche à définir la notion de livrable et son rôle en m’appuyant sur les pratiques des designers.

Si vous avez quelques minutes, n’hésitez pas à répondre aux questions dans les commanditaires. Ainsi, vous participerez à l’élaboration d’une définition collective du livrable, à la transmission des savoirs et à la valorisation de notre métier.


Plan des articles du carnet de recherches

Carnet de recherches n°1 : Définition collective du livrable

Carnet de recherches n°2 : Classification des outils du designer

Carnet de recherche n°3 : Les livrables du designer de service public


Qu’est-ce qu’un livrable ?

Quel est le rôle du livrable dans une démarche de design ?

Quelles catégories de livrables pouvez-vous distinguer ?

Y a-t-il un intérêt à repenser la conception du livrable ?

Question bonus (hypothèse du mémoire) : Que se passerait-il si l’on scénarisait l’expérience* du livrable final ?

* concevoir un scénario d’usage et d’appropriation du livrable

Parole de designers

Le livrable de synthèse pour le commanditaire et livrable outil pour le designer

« Il y a des livrables que l’on rend par rapport à ce qu’on s’est engagé à donner à un client ou un commanditaire : une étude, un état des lieux, un rapport d’immersion, des guides etc. Ce type de livrable permet de synthétiser ce qui s’est généralement déroulé sur un temps long, il permet de mettre en relation des idées qui ne se sont pas présentées sous ce jour-là au cours de notre recherche. Le livrable doit donner à voir de manière intelligible des éléments qu’on a captés de manière éparpillée. Mais parfois le livrable doit aussi être un support appropriable par le commanditaire, il doit pouvoir l’utiliser, se l’approprier, etc. Dans ce cas, il doit être pensé comme un outil qui permet d’ouvrir la suite ou de passer le relais. Le livrable de fin de mission constitue souvent un peu de deux. » 
Anais T. (designer)

Le livrable un marqueur temporel du projet en design

« Si le livrable ne sert qu’à clore une phase, alors il ne sert à rien dans le processus de design. C’est un exercice scolaire. Le livrable est la matière première de la phase suivante, il doit servir d’outil dans la démarche, à la fois en synthétisant les éléments recueillis lors de la phase précédente mais également en les mettant en forme de manière intelligible pour servir de base dans la phase suivante. Le livrable permet de faire des choix parce qu’il marque une étape dans le processus du projet. »   
Anais T. (designer)

Les catégories de livrable

« Le rôle de la narration dans le livrable final essentiel, car on parle d’expérience et d’humain. Il y aura forcément dans notre manière de raconter les choses du récit. Bien souvent, le livrable clôture un projet, il permet d’expliquer les différentes étapes : la commande, les ateliers, les préconisations et les recommandations pour la suite. Un livrable ça synthétise la méthode du projet et donne des ouvertures. Il y a trois niveaux de livrable :
– le premier niveau : le livrable comme outil de médiation entre le commanditaire et le prestataire clôture la mission et d’explique ce qu’on a fait.
– le deuxième niveau : le livrable comme outil pour le designer pour synthétiser, comprendre, prendre du recul et aller rechercher des éléments.
– le troisième niveau : le livrable qui va servir en interne pour le commanditaire et lui servir à faire la preuve de la méthode et de raconter à ses supérieures et collègue ce qui s’est passé. » 
Emma et Sophie (designers)

Le livrable vidéo

« Quand on doit faire une présentation ou expliquer notre travail, une courte vidéo est très efficace. C’est un support de restitution très riche. Au lieu de montrer beaucoup de photos des ateliers, là dessus il y a tout : la cliente qui explique pourquoi elle a voulu faire ses ateliers, nous pendant les ateliers ce qui montre bien comment on travaille et les personnes impliquées parlent de ce quelle ont vécu pendant le projet. Dans le cadre d’un autres projets, on a travaillé avec un vidéaste pour rendre compte de la démarche. Il a fait un petit film avec des interviews sur chacune des étapes du projet. C’est un livrable très utile pour discuter du projet avec le commanditaire. Par exemple, quand on va sur le terrain on montre le petit film de la session d’avant pour expliquer à quoi ça va servir. » 
Emma et Sophie (designers)


écrit par Erika Cupit– Designer de service public

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Définition collective du livrable”

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages